Tous avec Sarkozy en 2007!

Soutien à Nicolas Sarkozy pour 2007
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Sarkommunication

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
moule
1er avertissement
1er avertissement
avatar

Nombre de messages : 6959
Localisation : Derrière vous !
Personnage politique préféré : Néant
Date d'inscription : 20/02/2006

MessageSujet: Sarkommunication   Mer 18 Avr - 1:44:48

Trouvé sur un autre forum politique :

Citation :
Publié aujourd'hui par Contreinfo.info :

Citation :
Si l’on peut s’étonner d’entendre dans un même discours en appeler à Jaurès et à l’extrême droite, pour Eric Fassin, sociologue et enseignant à l’Ecole normale supérieure, ce mélange des genres fait partie d’une technique rodée. « Il dit systématiquement une chose et son contraire » note ce chercheur appartenant à l’IRIS, qui juge qu’ « à force de dire tout et l’inverse de tout, Nicolas Sarkozy parvient à son but : on ne sait plus où on en est. »

A l’appui de sa thèse, il énumére les citations ou Nicolas Sarkozy affirme tour à tour une chose et son contraire :

On rassure les parents (des jeunes suicidés), déclarés non responsables, et on stigmatise les parents irresponsables (des jeunes délinquants).

On dénonce les violences (à la gare du Nord), et on justifie les violences (des marins qui incendient le Parlement de Bretagne). On s’affiche en défenseur des classes populaires, et on redistribue l’argent aux riches. On fait miroiter des régularisations, et on donne en spectacle des expulsions.

On se pose en ami des minorités raciales, et l’on couvre les violences policières racistes. On invoque l’identité nationale et ses relents maurrassiens, pour la définir ensuite par l’égalité républicaine entre les sexes.

Eric Fassin estime que « la rhétorique de Nicolas Sarkozy participe ainsi d’une politique d’affolement, au même titre que son agitation tourbillonnante et sa fébrilité vibrionnante ».

Et cette posture choisie est dit-il lourde de menaces, « car il faudrait avoir la mémoire bien courte pour ne pas trembler devant cette irrationalité stratégique. Si le vocabulaire politique ne veut plus rien dire aujourd’hui, alors, quel sens la démocratie pourrait-elle encore préserver demain ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Sarkommunication
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tous avec Sarkozy en 2007! :: Elections présidentielles de 2007 :: Notre Président : Nicolas Sarkozy-
Sauter vers: