Tous avec Sarkozy en 2007!

Soutien à Nicolas Sarkozy pour 2007
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 UDF

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Qui préférez vous ?
Bayrou
37%
 37% [ 16 ]
De Robien
40%
 40% [ 17 ]
Aucun
23%
 23% [ 10 ]
Total des votes : 43
 

AuteurMessage
le capitaliste
Administrateur Adjoint
Administrateur Adjoint
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9105
Personnage politique préféré : Nicolas Sarkozy
Date d'inscription : 01/07/2005

MessageSujet: Re: UDF   Ven 13 Jan - 21:26:12

seules les statistiques du FN comptent en france ... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ump-legislatives2007.fr/index.php
nicolasl
Invité



MessageSujet: Chistian Blance se réveille   Sam 14 Jan - 23:53:29

vendredi 13 janvier 2006, 16h31
Christian Blanc presse Jacques Chirac de démissionner

PARIS (AP) - Le député apparenté UDF Christian Blanc presse le président Jacques Chirac de "mettre fin à (son) mandat dans l'urgence" dans une tribune publiée dans "le Monde" daté de samedi.

Cette démission "permettra l'émergence d'une nouvelle ambition pour la France en redonnant la parole au peuple", écrit-il. "Ne faites pas de votre échec, M. le président, l'échec de la France", lance-t-il.

Une attente de 16 mois "ferait le jeu des extrêmes, et entraînerait probablement un infarctus démocratique en 2007", prévient Christian Blanc. "La France ne vous écoute plus" et le gouvernement est "confronté à la mission impossible de réaliser en quelques mois ce qui n'a pas été fait en quelques années".

Sans démission, "ce sont 16 mois à risque social grave, dans un climat d'attentisme et d'intrigues, que le pays va devoir affronter". AP
Revenir en haut Aller en bas
nicolasl
Invité



MessageSujet: François Bayrou dénonce "la loi du plus fort" de l   Sam 28 Jan - 19:01:28

samedi 28 janvier 2006, 16h41
François Bayrou dénonce "la loi du plus fort" de l'UMP

LYON (AP) - François Bayrou a opposé samedi la "loi du plus juste" de l'UDF à "la loi du plus fort" de l'UMP et "l'illusion" du PS dans son discours d'ouverture du congrès extraordinaire de la formation centriste.

"A la loi du plus fort et du plus illusoire, nous opposons la loi du plus juste", a lancé le président de l'UDF devant quelque 2.000 militants réunis à Lyon pour adopter une "déclaration d'indépendance" dans la perspective de 2007. Il a défini cette loi du plus juste comme "à la fois justice et justesse, vérité et équité".

Dénonçant la "pratique de la loi du plus fort" de l'UMP, M. Bayrou a cité en exemple la décision de Dominique de Villepin de déclarer l'urgence sur le contrat première embauche (CPE) pour accélérer son examen à l'Assemblée nationale. Il a réitéré son opposition au CPE, qui institue selon lui un système de "précarité organisée".

Quant au PS, "c'est la loi trompeuse de l'illusion", a lâché le président de l'UDF, qui a dénoncé la prise de position des socialistes en faveur de l'abrogation de la loi de 2003 sur les retraites lors de leur congrès de novembre dernier au Mans.

Au passage, M. Bayrou a critiqué la "dérobade" du ministre de l'Education Gilles de Robien, seul membre UDF du gouvernement, qui a renoncé à présenter une motion au vote des adhérents et à se rendre au congrès. "Ce n'est pas l'habitude de notre famille politique de fuir les débats démocratiques", a-t-il lancé. Il a cependant affirmé n'avoir "aucun conflit de personnes avec M. de Robien".

François Bayrou a insisté sur le "choix historique" que doit faire le parti centriste ce week-end. "L'indépendance de l'UDF, la liberté de l'UDF, ce n'est pas seulement un choix pour un parti, c'est un choix pour la diversité française", a-t-il lancé.

Dénonçant le "choix binaire, stupide et frustrant" entre la droite et la gauche, le président de l'UDF a estimé que les alternances de ces 25 dernières années entre la droite et la gauche ont produit "des résultats désastreux".

"La question du déclin est devenue la question principale de la vie politique française. J'en ai honte, je veux le combattre, je veux que ça change", a-t-il dit.

A ses yeux, l'UMP et le PS sont engagés pour 2007 "dans une course dont le but est de convaincre les noyaux durs, les plus à droite d'un côté, les plus à gauche de l'autre". "L'espérance d'un centre libre et fort, c'est le seul moyen pour que ce ne soit pas demain les noyaux durs de la droite et de la gauche qui gouvernent la vie politique française", a estimé le président de l'UDF.

"Nous vivons la fin d'un cycle qui a duré 25 ans", a poursuivi M. Bayrou. "Je vous propose que nous soyons ceux" qui ouvrent "cette nouvelle page de notre histoire. Ce pays a besoin de jeunesse, de générosité, de réalisme. Ce pays a besoin de croire à quelque chose."

"Ce pays a besoin d'un mouvement nouveau. Ce mouvement nouveau ne peut être provoqué que par des hommes et des femmes libres", a conclu le président de l'UDF. AP
Revenir en haut Aller en bas
nicolasl
Invité



MessageSujet: "la loi du plus juste"   Sam 28 Jan - 19:03:59

samedi 28 janvier 2006, 16h43
Bayrou propose "la loi du plus juste" face aux "dérives" de l'UMP et du PS



LYON (AFP) - Le président de l'UDF, François Bayrou, a dénoncé samedi les "dérives" des projets de société de l'UMP et du PS, en proposant de défendre face à eux la "loi du plus juste".

Dans son discours d'ouverture du Congrès extraordinaire de l'UDF à Lyon, M. Bayrou a dénoncé "la loi du plus fort" qui est selon lui "le choix de l'UMP", ainsi que "la loi trompeuse de l'illusion" du Parti socialiste.

"En face de ces deux dérives des projets de société, nous opposons la loi du plus juste", a-t-il affirmé.

"Ce vieux pays a besoin de jeunesse, de générosité, de réalisme, de croire à quelque chose. Il a besoin d'un vent nouveau pour l'aider à porter ce destin, ce vent nouveau ne peut être porté que par des hommes libres", a-t-il ajouté.

Revendiquant l'"indépendance" de son parti, il a affirmé: "je n'ai jamais accepté" que l'UDF "soit confondue avec la droite conservatrice française".

"L'indépendance est pour nous une condition d'existence, et pour la France une libération", a ajouté M. Bayrou.

"J'ai beaucoup souffert au cours des années de l'importance et du poids qu'à pris peu à peu le trait d'union entre UDF et RPR, qui pour les Français voulait dire UDF égale RPR", a-t-il dit en référence au parti fondateur de l'UMP.

"Cette assimilation a conduit à une situation où on ne voyait plus la différence, où désormais on était obligé à se soumettre à un bloc ou à un autre", a-t-il affirmé. "Cette guerre d'appareil plaçait les Français devant un choix binaire, stupide et frustrant, navrant dans son simplisme", entre UMP et PS.

Selon le député des Pyrénées-Atlantiques, "l'indépendance de l'UDF veut dire que le pluralisme redevient la loi de la société française et de la démocratie française".

Dénonçant la "bipolarisation artificielle" du paysage politique français, il a estimé que "la présence d'un centre libre et fort, est le seul moyen pour que ce ne soit pas les noyaux durs de droite et de gauche qui gouvernent la France".
Revenir en haut Aller en bas
nicolasl
Invité



MessageSujet: François Bayrou songe à changer le nom de l'UDF   Sam 28 Jan - 19:05:14

samedi 28 janvier 2006, 13h59
François Bayrou songe à changer le nom de l'UDF



LYON (AFP) - François Bayrou, président de l'UDF, a déclaré samedi à son arrivée au congrès extraordinaire de l'UDF à Lyon réfléchir à un changement de nom de son parti qui reflèterait son "identité nouvelle".

Interrogé par la presse sur un éventuel changement de nom de l'Union pour la démocratie française (UDF), M. Bayrou a affirmé: "C'est un grand sujet auquel nous réfléchissons".


"L'UDF est une famille politique qui vient de loin et qui porte une grande histoire, en même temps, on sent bien le besoin de nouveauté, de novation. Ceux qui nous rejoignent aujourd'hui voudraient bien que soit marquée la nouveauté de cette famille politique", a-t-il ajouté.

Selon lui, "il y a sans aucun doute la place pour une identité nouvelle". Mais "en même temps, a-t-il souligné, je ne veux pas renier notre histoire. C'est entre ces deux pôles que nous réfléchissons".

"Un très grand nombre de ceux qui nous ont rejoint viennent quelquefois de la droite et souvent de la gauche, plus encore de l'abstention. Ils ne se retrouvent pas dans le paysage politique français", a fait valoir M. Bayrou, pour qui l'UDF doit incarner une "voie nouvelle".

Interrogé sur l'absence de son opposant, Gilles de Robien, seul ministre centriste, qui a qualifié ce Congrès de "parodie de démocratie", M. Bayrou a ironisé: "Je ne sais pas ce que veut dire démocratie, sinon suffrage universel".

"Tous ceux qui sont présents votent, et des milliers et milliers ont voté par correspondance de chez eux pour dire leur adhésion ou leur résistance à la motion que je proposais", a-t-il souligné.

Selon lui, l'absence de M. de Robien "ne gâchera pas la fête. Ca ne troublera pas le message que nous avons à adresser aux Français: la nécessité d'une voie politique nouvelle, et libre".

Alors qu'on lui demandait si M. de Robien avait toujours sa place dans son parti, M. Bayrou a répondu: "Je ne suis pas un coupeur de tête".

"Ceux qui sont en désaccord, a-t-il dit, ne peuvent pas pour autant remettre en cause le choix qui va être fait".

L'ouverture du congrès, retardée par les intempéries qui ont perturbé le voyage des participants, est prévue à 14h30.
Revenir en haut Aller en bas
nicolasl
Invité



MessageSujet: Plébiscite de Bayrou à l'UDF   Sam 28 Jan - 23:34:24

"Heureux les pauvres d'esprit, le royaume des cieux leur appartient."


--------------------------------------------------------------------------------------


La stratégie d'"indépendance" de Bayrou plébiscitée par l'UDF
AFP 28.01.2006 - 20:50


La stratégie du président de l'UDF François Bayrou a été plébiscitée samedi à Lyon par les adhérents réunis en congrès extraordinaire, plus de neuf sur dix ayant approuvé sa motion qui proclame l'"indépendance" du parti centriste.

Selon des résultats partiels, portant sur 13.600 bulletins (sur 31.000 inscrits), 90,9% des adhérents ont voté pour la motion de M. Bayrou.

Elle était la seule en lice puisque son opposant, le ministre de l'Education Gilles de Robien, avait renoncé à déposer la sienne et même à se rendre au congrès, alors qu'il avait lui-même réclamé un vote des adhérents sur la stratégie du leader centriste.

"Je n'ai pas compris cette dérobade", a déclaré M. Bayrou, accusant M. de Robien d'avoir voulu "enlever tout enjeu à ce congrès, le vider de sa substance".

"C'est un moment très émouvant de ma vie", a-t-il ajouté après l'annonce des résultats. "Il y a beaucoup d'années que je rêve de voir l'UDF au centre de la vie politique française, se libérer de toutes les dépendances et s'adresser enfin directement aux Français".

Il avait auparavant prononcé un vibrant plaidoyer pour l'"indépendance" de son parti, qui doit à ses yeux être "libre et fort" face aux "dérives" de l'UMP et du PS.

Ce Congrès a officialisé la rupture de l'UDF avec l'UMP et le gouvernement, auquel le leader centriste et ses lieutenants ont refusé de participer.


Suspendu en juin des instances exécutives pour être passé outre cette consigne, M. de Robien, défenseur d'une stratégie d'alliance avec l'UMP, avait qualifié ce Congrès de "parodie de démocratie".

M. Bayrou a défendu sa vision avec des accents passionnés. Renvoyant dos à dos droite et gauche, il a dénoncé "la loi du plus fort" de l'UMP et "la loi trompeuse de l'illusion" du PS.

"En face de ces deux dérives des projets de société, nous opposons la loi du plus juste", a-t-il affirmé, en rappelant qu'il n'avait "jamais accepté que l'UDF soit confondue avec la droite conservatrice française".

"Ce vieux pays a besoin de jeunesse, de générosité, de réalisme, de croire à quelque chose. Il a besoin d'un vent nouveau pour l'aider à porter ce destin, ce vent nouveau ne peut être porté que par des hommes libres", a-t-il ajouté.

Pour mieux refléter cette "identité nouvelle", M. Bayrou a dit aux journalistes qu'il réfléchissait à un changement de nom de son parti, sans "renier son histoire".

Selon Marielle de Sarnez, vice-présidente exécutive, ce changement pourrait se traduire par l'ajout d'un qualificatif à côté du sigle UDF.

Rare voix discordante, le député Jean-Dionis du Séjour, partisan d'une stratégie d'alliance avec l'UMP, a affirmé que "tout n'(allait) pas bien sous le soleil de l'UDF". "Le discours sur une troisième voie indépendante de l'UMP et du PS est peut-être mobilisateur en interne, mais il est douteux qu'il soit efficace électoralement", a-t-il averti.

A l'opposé, le député européen Bernard Lehideux a affirmé que M. de Robien devait se plier au résultat du vote en cessant ses attaques publiques. Sinon, "je suis personnellement partisan de son exclusion du parti", a-t-il dit à la presse.

Le congrès, qui doit s'achever dimanche à la mi-journée, a démarré samedi après-midi avec deux heures et demie de retard, en raison des intempéries qui ont retardé l'arrivée des participants. Selon les organisateurs, 2.500 personnes étaient toutefois présentes.
Revenir en haut Aller en bas
emmanuel
Invité



MessageSujet: Re: UDF   Dim 29 Jan - 11:46:12

Je viens d'entendre que la motion et la seule de Bayrou a été voté à + de 90 %; je n'ai rien de plus.
Revenir en haut Aller en bas
emmanuel
Invité



MessageSujet: FRANCOIS BAYROU   Dim 29 Jan - 12:38:02

Je n'arrive vraiment pas à comprendre sa démarche.


François Bayrou dénonce "la loi du plus fort" de l'UMP

LYON (Reuters) - Le président de l'UDF François Bayrou a dénoncé à Lyon "la loi du plus fort" érigée, selon lui, par l'UMP dans la vie politique française, et a plaidé pour l'indépendance de la famille centriste.

"Le choix de l'UMP pour la société française, c'est la loi du plus fort", a-t-il lancé en ouvrant le congrès extraordinaire du parti centriste à Lyon.

"La loi du plus fort, c'est la loi trompeuse de l'illusion et nous, nous proposons plutôt la loi du plus juste", a-t-il lancé devant ses quelque 3.000 militants.

Il a cité comme exemple les décisions fiscales prises par le gouvernement ou bien encore le contrat nouvelles embauches (CNE) lancé en août dans les très petites entreprises.

"Nous sommes en désaccord avec le principe de société nourri par le Parti socialiste et également en désaccord avec le projet de société que l'UMP est en train de mettre en place", a souligné François Bayrou.

Il a dénoncé "le choix binaire et stupide, navrant de simplisme" de la bipolarisation. "Si vous n'êtes pas d'accord avec l'UMP, vous êtes obligé de tomber dans les bras du Parti socialiste, et, si vous n'êtes pas d'accord avec le PS, alors vous tombez sous la coupe de l'UMP".

"L'indépendance de l'UDF, ce n'est pas seulement un choix d'appareil. C'est un choix pour la société française. Nous revendiquons cette liberté, nous l'imposons. La présence d'un centre libre et fort est la seule façon pour que ce ne soit pas le noyau dur de la droite ou le noyau dur de la gauche qui gouverne la France".

Le président de l'UDF a également longuement évoqué la polémique qui l'a opposé à Gilles de Robien, unique ministre centriste du gouvernement Villepin, qui a renoncé à participer au congrès.

"Il estimait que la volonté d'indépendance de sa direction n'était pas la volonté de la base, il vous appartient de trancher cette question", a-t-il lancé aux congressistes qui devaient se prononcer samedi après-midi sur la seule et unique motion déposée à ce congrès et signée par François Bayrou.

"J'étais d'accord pour que Gilles de Robien présente sa propre émotion et, à ma grande stupéfaction, le 31 décembre est passé sans qu'il ne présente aucun texte. Ce n'est pas l'habitude de notre formation de fuir le débat", a affirmé le président de l'UDF.

Les résultats de la consultation des militants qui devrait tourner au plébiscite en faveur de François Bayrou devaient être connus dans la soirée.

Le congrès extraordinaire de l'UDF a commencé avec près de trois heures de retard à cause des intempéries qui ont bloqué les routes, retardé les trains et empêché les avions d'atterrir
Revenir en haut Aller en bas
Sarafina
Adhérent
Adhérent
avatar

Féminin
Nombre de messages : 136
Personnage politique préféré : MAM
Date d'inscription : 27/06/2005

MessageSujet: Re: UDF   Dim 29 Jan - 13:35:45

Les mêmes qui demandent l'indépendance de l'UDF à l'échelle nationale disons seront les premiers à implorer l'UMP d'avoir des places au moment des élections locales...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fillonamatignon.over-blog.fr/
nicolasl
Invité



MessageSujet: Ces traîtres   Dim 29 Jan - 13:39:46

Et bien j'espère qu'on leur en donnera le moins possible à ces traîtres !
Revenir en haut Aller en bas
emmanuel
Invité



MessageSujet: Re: UDF   Dim 29 Jan - 13:42:56

Ces traitres ne peuvent pas exister sans nous.
Revenir en haut Aller en bas
pgt
Partenaire
Partenaire
avatar

Nombre de messages : 88
Localisation : marseille
Personnage politique préféré : sarkozy
Date d'inscription : 29/06/2005

MessageSujet: Re: UDF   Dim 29 Jan - 17:03:11

poisson11001 a écrit:
Ces traitres ne peuvent pas exister sans nous.

Je ne pense pas qu'on puisse raisonner ainsi.
François Bayrou est à la tête d'un parti indépendant qui est libre de faire les choix tactiques qu'il juge bons. A-t'il fait les bons? J'en doute mais ça ne me regarde pas, l'avenir lui donnera raison ou tort et il en assume pleinement les risques.
Par contre, je suis plus sévère à l'égard d'un certain nombre de personnes (suivez mon regard, j'en vois déjà au moins 2!) qui, tout en restant au chaud dans le cocon de l'UMP, croient pouvoir se permettre d'affirmer publiquement qu'ils ne respecteront pas les règles de choix du candidat UMP à l'élection présidentielle, choix largement approuvé par les adhérents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-bleu.over-blog.com
VEGA Thi
Invité



MessageSujet: le cllown de Bayrou   Dim 29 Jan - 17:06:37

Cette soi-disante déclaration d'indépendance n'est qu'un leurre.

L'Union pour la démocratie française (UDF) est un parti politique français du centre, d'inspiration démocrate-chrétienne. François Bayrou en est l'actuel président.

Ce parti inutile n'a jamais cessé d'osciller entre la droite et la gauche.

Après avoir connu le succès dans les années 1970/1980 suite à l'élection de Valéry Giscard d'Estaing à la présidence de la République et au gouvernement de Raymond Barre, l'UDF apparut de façon croissante comme un syndicat d'élus et le partenaire de coalition naturel du RPR. L'« ouverture » conduite par François Mitterrand permit néanmoins au Parti socialiste d'obtenir le soutien ponctuel d'un groupe centriste spécifique à l'Assemblée nationale (Union du centre, UDC) et la participation de plusieurs membres historiques de l'UDF aux gouvernements de Michel Rocard, Edith Cresson et Pierre Beregovoy, notamment Jean-Pierre Soisson. PS et centristes de la "majorité présidentielle" furent également alliés lors des élections cantonales et régionales de 1992.

L'UDF fut l'alliée du RPR aux élections législatives de 1993 au sein de l'Union pour la France, et participa aux gouvernement d'Edouard Balladur et d'Alain Juppé. Elle commença à se désagréger avec la perte d'influence de son fondateur qui ne réussit plus à surmonter les divergences des courants de pensée au sein du mouvement. Il n'y eut d'ailleurs pas d'UDF candidat aux présidentielles de 1988 et 1995 : Raymond Barre, candidat en 1988, n'était qu'apparenté, et l'UDF se déchira en 1995 entre partisans de Balladur (CDS, une partie du PR) et de Chirac (Alain Madelin, Charles Millon, et l'ensemble du PPDF derrière Hervé de Charrette).

Les élections régionales de 1998 entraînèrent une première scission. Alors que plusieurs présidents de région avaient élus avec les voix du Front National, François Bayrou, président de Force Démocrate et Alain Madelin, président de Démocratie Libérale, se divisèrent sur la condamnation de ces accords. Ce fut finalement la position de François Bayrou - refus des alliances avec le Front National - qui l'emporta et Démocratie libérale, choisit, au mois de mai, de quitter l'UDF. Quelques dissidents de DL (Robien, Léotard) décidèrent toutefois de rester à l'UDF, au sein du Pôle Républicain Indépendant et Libéral (PRIL).

Ce parti de bouche trou est appelé à disparaître, et ce sera un bien pour la France !

VEGA Thierry
Revenir en haut Aller en bas
emmanuel
Invité



MessageSujet: Re: UDF   Dim 29 Jan - 17:09:13

D'accord, mais il y a encore trois mois, l'UDF adhérait aux idée de l'UMP contre le PS. Après ils se sont rapprochés des socialos. Ce sont des traitres.
Revenir en haut Aller en bas
kinglion
Militant
Militant
avatar

Nombre de messages : 298
Localisation : Marly le Roi -78-
Personnage politique préféré : Nikos
Date d'inscription : 11/12/2005

MessageSujet: Re: UDF   Dim 29 Jan - 17:51:11

C'est ça les UDF, ils ne savent même pas à quelle classe politique ils apartiennent, C'est quand ça les arranges, ils sont de Gauche ou de droite. Pour moi ce sont des gauchistes qui essayent de nous destabiliser nous les vrai de la droite .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VEGA Thi
Invité



MessageSujet: Re: UDF   Dim 29 Jan - 17:51:29

poisson11001 a écrit:
D'accord, mais il y a encore trois mois, l'UDF adhérait aux idée de l'UMP contre le PS. Après ils se sont rapprochés des socialos. Ce sont des traitres.

Nous le savions mon p'tit poisson, en voici une preuve supplémentaire :

L'UDF accuse le gouvernement d'avoir oublié les banlieues

29 janvier 2006 (Reuters - 12:34)

LYON - François Bayrou a accusé dimanche le gouvernement de Dominique de Villepin d'avoir oublié les banlieues et d'avoir menti sur les raisons de la crise de novembre.

"L'actualité n'a pas plutôt tourné la page, les journaux télévisés n'ont pas plutôt changé de titres que la crise des banlieues a été totalement effacée de l'esprit même et de l'expression même de ceux qui prétendaient, la main sur le coeur, en faire désormais la priorité nationale", a lancé le président de l'UDF devant le congrès extraordinaire de son parti, réuni à Lyon.

"Nous, nous n'avons pas oublié, nous n'avons pas perdu de vue ce qui s'est exprimé dans ce drame", a-t-il dit.

"Ce drame ne ressemblait en rien à ce qu'on nous en racontait. Il n'y avait pas de main noire, pas d'organisateur en chef, pas plus trotskiste qu'islamiste, qui tirait les ficelles dans les banlieues des villes de France et qui donnait l'ordre sournois, mystérieux, sombre, de brûler des voitures pour renverser l'ordre établi dans notre pays, rien de tout cela", a affirmé François Bayrou.

"Il n'y avait pas de chef, pas d'organisateur, pas de mot d'ordre, pas de nom pour cette affaire. Il y avait simplement quelque chose qui ressemble à l'acte de détresse des adolescents, quelque chose qui ressemble à de l'automutilation", a-t-il conclu.

SOURCE : Journal Libération

Quelqu'un se souvient-il si ce clown de L'Union Des Fadas, à eu une prise de position lors des émeutes raciales anti-Française de l'automne dernier ?

Quoiqu'il en soit, il y a une part de vérité dans les propos du Bouffon Bayrou, sauf dans la conclusion, quand aux politiques, le nabot de l'intérieur en tête, il se sont servis des émeutes pour rentrer en campagne pré-présidentielle, et veulent nous faire prendre des "vessies pour des lanternes".

VEGA Thierry
Revenir en haut Aller en bas
emmanuel
Invité



MessageSujet: Re: UDF   Dim 29 Jan - 17:59:30

Ce sont des paroles en l'air.
Revenir en haut Aller en bas
VEGA Thi
Invité



MessageSujet: Re: UDF   Dim 29 Jan - 18:00:27

poisson11001 a écrit:
Ce sont des paroles en l'air.

Comme tes écrits de troll Mr.Red

VEGA Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
tienouchou
Adhérent
Adhérent


Nombre de messages : 103
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: UDF   Dim 29 Jan - 21:03:44

Nous sommes centriste et on défend une idée quand elle est bonne, après qu'elle soit de gauche ou de droite on s'en tape.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
emmanuel
Invité



MessageSujet: Re: UDF   Dim 29 Jan - 21:06:05

Bonsoir , Tienouchou, il n'y avait qu'une seule motion. C 'est trop facile.
Revenir en haut Aller en bas
tienouchou
Adhérent
Adhérent


Nombre de messages : 103
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: UDF   Dim 29 Jan - 21:07:38

C'est pas notre faute à nous "les indépendantistes" si De Robien a refusé de presenter la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nicolasl
Invité



MessageSujet: Le "parti libre"   Dim 29 Jan - 22:44:41

dimanche 29 janvier 2006, 12h04
François Bayrou proclame que l'UDF est désormais le parti libre
LYON (Reuters) - François Bayrou affirme que l'UDF est désormais "le parti libre" après le plébiscite de sa stratégie d'indépendance lors du congrès extraordinaire de Lyon.

"Nous avons fait le choix d'une formation politique qui assume sa liberté pour changer le destin politique de son pays. C'est avec fierté que nous avons pu aborder la nouvelle définition de l'UDF, l'UDF le parti libre", a lancé le président de la formation centriste lors de son discours de clôture.

Pour François Bayrou, il n'est pas question de répondre aux questions sur son appartenance ou non à la majorité UMP dirigée par le Premier ministre, Dominique de Villepin.

"La seule majorité qui nous intéresse, c'est la majorité de 2007, c'est la majorité que la France va se donner pour que son destin soit différent", a-t-il dit.

"Ce que nous avons en charge, ce n'est pas le destin de l'UDF, du centre, ce ne sont pas des intérêts de parti, ce dont nous avons la charge, c'est de l'espérance d'un pays qui avait depuis longtemps oublié le sens de ce mot", a poursuivi le président de l'UDF.

"C'est un moment juste parce que tous les épuisements de la France, toutes les usures se lisent à livre ouvert et se fait sentir une urgence, c'est qu'apparaissent des responsables résistants, rebelles, capables de ne céder à aucune pression", a-t-il insisté.
Revenir en haut Aller en bas
Johanna
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4649
Localisation : Paris 19
Personnage politique préféré : Nicolas Sarkozy et François Fillon
Date d'inscription : 27/06/2005

MessageSujet: Re: UDF   Mar 31 Jan - 15:26:13

L'UDF proclame son «indépendance»

La motion de François Bayrou a suscité l'enguouement des adhérents du parti centriste au congrès extraordinaire de Lyon. Plus de 90% d'entre eux ont voté pour sa stratégie «d'indépendance».

La stratégie du président de l'UDF François Bayrou a été plébiscitée samedi à Lyon par les adhérents réunis en congrès extraordinaire, plus de neuf sur dix ayant approuvé sa motion qui proclame l'«indépendance» du parti centriste.
Selon des résultats partiels, portant sur 13.600 bulletins (sur 31.000 inscrits), 90,9% des adhérents ont voté pour la motion de M. Bayrou.

Elle était la seule en lice puisque son opposant, le ministre de l'Education Gilles de Robien, avait renoncé à déposer la sienne et même à se rendre au congrès, alors qu'il avait lui-même réclamé un vote des adhérents sur la stratégie du leader centriste. «Je n'ai pas compris cette dérobade», a déclaré M. Bayrou, accusant M. de Robien d'avoir voulu «enlever tout enjeu à ce congrès, le vider de sa substance».

«Se libérer de toutes les dépendances»

«C'est un moment très émouvant de ma vie», a-t-il ajouté après l'annonce des résultats. «Il y a beaucoup d'années que je rêve de voir l'UDF au centre de la vie politique française, se libérer de toutes les dépendances et s'adresser enfin directement aux Français». Il avait auparavant prononcé un vibrant plaidoyer pour l'«indépendance» de son parti, qui doit à ses yeux être «libre et fort» face aux «dérives» de l'UMP et du PS.

Ce Congrès a officialisé la rupture de l'UDF avec l'UMP et le gouvernement, auquel le leader centriste et ses lieutenants ont refusé de participer. Suspendu en juin des instances exécutives pour être passé outre cette consigne, M. de Robien, défenseur d'une stratégie d'alliance avec l'UMP, avait qualifié ce Congrès de «parodie de démocratie».
M. Bayrou a défendu sa vision avec des accents passionnés. Renvoyant dos à dos droite et gauche, il a dénoncé «la loi du plus fort» de l'UMP et «la loi trompeuse de l'illusion» du PS.

«La loi du plus juste»

«En face de ces deux dérives des projets de société, nous opposons la loi du plus juste», a-t-il affirmé, en rappelant qu'il n'avait «jamais accepté que l'UDF soit confondue avec la droite conservatrice française». «Ce vieux pays a besoin de jeunesse, de générosité, de réalisme, de croire à quelque chose. Il a besoin d'un vent nouveau pour l'aider à porter ce destin, ce vent nouveau ne peut être porté que par des hommes libres», a-t-il ajouté.

Pour mieux refléter cette «identité nouvelle», M. Bayrou a dit aux journalistes qu'il réfléchissait à un changement de nom de son parti, sans «renier son histoire». Selon Marielle de Sarnez, vice-présidente exécutive, ce changement pourrait se traduire par l'ajout d'un qualificatif à côté du sigle UDF.

Rare voix discordante, le député Jean-Dionis du Séjour, partisan d'une stratégie d'alliance avec l'UMP, a affirmé que «tout n'(allait) pas bien sous le soleil de l'UDF». «Le discours sur une troisième voie indépendante de l'UMP et du PS est peut-être mobilisateur en interne, mais il est douteux qu'il soit efficace électoralement», a-t-il averti.
A l'opposé, le député européen Bernard Lehideux a affirmé que M. de Robien devait se plier au résultat du vote en cessant ses attaques publiques. Sinon, «je suis personnellement partisan de son exclusion du parti», a-t-il dit à la presse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VEGA Thi
Invité



MessageSujet: Re: UDF   Mar 31 Jan - 15:37:24

Il ferait mieux de proclamer sa dissolution ce parti de bouffons inutiles !

VEGA Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
tienouchou
Adhérent
Adhérent


Nombre de messages : 103
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: UDF   Mar 31 Jan - 18:51:04

Plus utile que le FN, en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: UDF   

Revenir en haut Aller en bas
 
UDF
Revenir en haut 
Page 3 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tous avec Sarkozy en 2007! :: Archives :: Archives au 20/01/2007 :: Chirac, Villepin, MAM, NDA et autres-
Sauter vers: